Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

13 mai 2017 - Fête de Notre-Dame de Fatima

Centenaire de la première apparition - Cathédrale de Tulle

Frères et sœurs,

 

En ce jour béni, où nous célébrons la fête de Notre-Dame de Fatima, en ce centième anniversaire de la première apparition, nous rendons grâce à Dieu et nous le bénissons pour tant et tant de grâces reçues, à Fatima bien sûr, mais aussi dans le monde entier, par l’intercession de Marie, Notre-Dame du Rosaire de Fatima, et de son Cœur immaculé.

Voilà cent ans que, depuis la terre bénie de Fatima, Marie continue d’éduquer tous les peuples de la terre à la conversion, à la communion, à la solidarité, à la fraternité et, par dessus tout à la paix, comme le don le plus précieux de Dieu à notre humanité.

Le message de Fatima, délivré à trois enfants, il y a cent ans, c’est le message de l’Evangile qui voit dans la conversion et la prière les moyens les plus efficaces pour obtenir la paix, dans l’amour et dans la liberté – la paix comme horizon de la vie des nations de la terre, rassemblés dans l’unique famille de Dieu, sous la protection de la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu, Mère de l’Eglise et Mère de l’humanité tout entière.

Après ces cent années, Fatima et son message n’ont rien perdu de leur dimension prophétique et de leur actualité. La visite du Pape François à Fatima, hier et aujourd’hui, pour cet anniversaire, en est comme la preuve, rendue d’autant plus manifeste que le Saint-Père a procédé, ce matin même, à la canonisation des bienheureux voyants, Jacinthe et François. Le pape a mis ses pas dans ceux de ses prédécesseurs pour, comme eux, recueillir et méditer avec foi l’exhortation de la Ste Vierge à la conversion et à la prière. C’est le sixième pèlerinage d’un pape à Fatima.

En 1942, pour le 25ème anniversaire des apparitions, Pie XII, alors que le monde entier subissait les horreurs de la seconde guerre mondiale, éleva une supplique fervente à Notre Dame de Fatima, reine de la paix, pour implorer la concorde entre les nations et la liberté pour l’Eglise. Pour la première fois, à cette occasion, il confia tout le genre humain au Cœur immaculé de Marie.

Pour le 50ème anniversaire des apparitions, le bienheureux pape Paul VI, le 13 mai 1967, se rendit à Fatima pour confier au cœur maternel et plein de compassion de Marie « l’Eglise une, sainte, catholique et apostolique » pour sa paix intérieure et sa renaissance spirituelle, au lendemain du Concile Vatican II. Sa deuxième intention fut pour implorer le don de la paix à l’humanité entière, toujours menacée par la guerre et par le terrible arsenal des armes de destruction massive, comme aussi par le fléau de la faim et de la misère dans de nombreux pays.

Pour le 65ème anniversaire ce fut au tour du Saint Pape Jean-Paul II de se rendre à Fatima, le 13 mai 1982, un an exactement après l’attentat dont il fut victime sur la place Saint-Pierre. Tout en élevant son hymne de louange à Marie, sa Mère, il proposa à nouveau à toute l’Eglise et à l’humanité le message évangélique de la conversion, de la pénitence et de la prière, recommandant la récitation du saint Rosaire. A cette occasion, il renouvela la consécration de l’humanité au Cœur immaculé de Marie. Presque dix ans plus tard, le 13 mai 1991, il se fit à nouveau le pèlerin de la Cova da Iria et renouvela la consécration du monde à la Sainte Vierge. Il lança un nouvel appel pour l’Eglise : qu’elle ouvre son cœur avec humilité et courage non seulement à la conversion et à la prière, mais à l’œuvre de la nouvelle évangélisation, sous la protection de Marie, Mère de l’Eglise et missionnaire. Enfin, le 13 mai de l’an 2000, pour la troisième fois, il revint à Fatima pour la béatification de Jacinthe et François.

Le 13 mai 2010, c’est Benoît XVI qui se fait pèlerin de Fatima. Dans une homélie magnifique, dont lui seul avait le secret, plaçant au centre le mystère du Christ, il rappelait les paroles de Jacinthe : « J’aime tellement dire à Jésus que je L’aime ! Quand je le Lui ai dit de nombreuses fois, il me semble avoir un feu dans le cœur, mais qui ne me brûle pas ». Et les paroles de François : « Ce que j’ai aimé par-dessus tout, fut de voir Notre Seigneur dans cette lumière que Notre Mère nous a mise dans le cœur. J’aime tant Dieu ! ». Ensuite, le pape nous interpellait tous par des paroles inoubliables : « Mais qui a le temps d’écouter sa parole (de Jésus) et de se laisser séduire par son amour ? Qui veille, dans la nuit du doute ou de l’incertitude, avec le cœur éveillé en prière ? Qui attend l’aube du jour nouveau, tenant allumée la flamme de la foi ? La foi en Dieu ouvre à l’homme l’horizon d’une espérance certaine qui ne déçoit pas ; elle indique un fondement solide sur lequel appuyer, sans peur, toute son existence ; elle requiert l’abandon, plein de confiance, entre les mains de l’Amour qui soutient le monde ». Enfin, il mettait en garde « la famille humaine prête à sacrifier ses liens les plus saints sur l’autel de l’égoïsme mesquin de la nation, de la race, de l’idéologie, du groupe, de l’individu » ; et il rappelait que « notre Mère bénie est venue du Ciel pour mettre dans le cœur de ceux qui se recommandent à Elle, l’amour de Dieu qui brûle dans le sien ».

Et aujourd’hui, frères et sœurs, c’est le pape François qui, dans ce 6ème pèlerinage d’un souverain pontife, est allé en pèlerin à Fatima. Il a canonisé les bienheureux François et Jacinthe, faisant d’eux les plus jeunes saints non martyrs de l’Eglise. Dans son homélie, ce matin, il a invité tous les fidèles à imiter « Saint François Marto et Sainte Jacinthe, que la Vierge Marie a introduits dans la mer immense de la Lumière de Dieu, les portant à l’adorer ». C’est de là, a-t-il dit, que « venait leur force pour surmonter les contrariétés et les souffrances. La présence divine devint constante dans leur vie, comme cela se manifestait clairement par la prière insistante pour les pécheurs et par le désir permanent de rester près de « Jésus caché » dans le Tabernacle ». Le pape nous a exhorté à nous offrir à Dieu, comme le firent les petits voyants de Fatima. François et Jacinthe firent de leur vie une offrande à Dieu et la partagèrent avec les autres par amour de Dieu. La Vierge les a aidés à ouvrir leur cœur à l’universalité de l’amour. Nous savons que sainte Jacinthe se montrait infatigable dans le partage avec les pauvres et dans les sacrifices pour la conversion des pécheurs. Le pape Benoît XVI avait dit, à Fatima, que « ce n’est qu’avec cet amour de fraternité et de partage, que nous réussirons à bâtir la civilisation de l’amour et de la Paix ».

O Marie, Mère de miséricorde, réconforte ceux qui souffrent à cause de la pauvreté, de la maladie, des épreuves de la vie ! O Marie, prends-nous par la main et guide-nous dans notre pèlerinage terrestre, jusqu’à la rencontre avec ton Fils Jésus ! Amen.

 

+ Francis BESTION

Evêque de Tulle

 

Navigation