Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Vendredi 22 août 2014 - Pèlerinage à Lourdes

Messe à la Grotte - Mémoire de Marie Reine

Frères et soeurs,

Quelle reine fêtons-nous aujourd'hui ?

L'Evangile de l'Annonciation répond à la question : "Tu enfanteras un fils, il sera grand ; il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il règnera pour toujours sur la maison de Jacob et son règne n'aura pas de fin".

Marie est reine parce que son Fils est roi. Elle est reine, celle qui est la mère de ce Roi promis à Israël et qui va dépasser toutes ses espérances. Nous pouvons reprendre les mots du verset de l’Alléluia : “Bienheureuse Vierge Marie ! Tu as enfanté le Roi de l’univers, tu règnes avec lui dans la gloire du ciel”.

Cependant, prenons garde de nous tromper sur l'identité de ce roi et sa manière d'exercer sa royauté. Nous savons comment le Fils a régné, lui qui est né non pas dans un palais mais dans une étable obscure ; lui qui est entré dans sa ville royale, non pas sur un trône, mais sur un petit âne, avant de se mettre à genoux devant ses Apôtres pour leur laver les pieds comme un esclave, et ensuite de se laisser mettre en croix entre deux malfaiteurs. Il est le Roi parce qu'il est le Serviteur : "le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude".

Le titre de ‘reine’ donné à la mère du Fils de Dieu ne doit pas non plus nous illusionner. C'est plutôt une reine "en tablier" que nous fêtons aujourd'hui ; elle qui s'est mise totalement au service du dessein de Dieu pour que vienne le Règne d'amour, de justice et de paix, dans la personne de Celui qu'elle mettait au monde. Si Marie est Reine, c'est bien parce qu'elle a été servante. "Je suis la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta Parole". Marie est devenue la première de ceux qui, servant le Christ et le servant également dans les autres, conduisent leurs frères jusqu'au Roi. Servir le Christ, le servir dans nos frères et soeurs, n'est-ce pas cela la vraie royauté ? Oui, servir, c'est régner !

Le titre de Reine donnée à la Ste Vierge ne remplace pas celui de Mère. Cette reine est une mère - mère d'une famille nombreuse -, qui veut régner chez nous si nous lui ouvrons nos cœurs. Elle n'est pas d'abord la reine d'un territoire, fût-il Jérusalem, Rome ou Lourdes ; elle est reine des cœurs qui cherchent à aimer son Fils et qui trouvent en elle un chemin, un refuge, une consolation, un modèle pour avancer sur le chemin de la foi, de l'espérance et de la charité.

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus la voyait bien ainsi quand elle disait à sa sœur, quelques semaines avant de mourir : "ce qui me fait du bien quand je pense à la sainte Famille, c'est de m'imaginer une vie tout ordinaire, pas du tout ce qu'on nous raconte, tout ce qu'on suppose... Je suis sûre que sa vie réelle devait être toute simple... elle vivait de foi comme nous.... On sait bien que la sainte Vierge est la Reine du ciel et de la terre, mais elle est plus mère que reine !"

Frères et soeurs, en célébrant aujourd'hui la royauté de Marie nous sommes en fait conduit au coeur des mystères de notre salut ; nous ne parlons pas le langage des magazines qui prétendent faire pénétrer le peuple dans l'intimité des familles royales de ce monde… Non, nous sommes bien loin de tout cela, Dieu merci ! En fêtant la royauté de Marie, après avoir fêté, il y a huit jours, sa glorieuse Assomption, nous célébrons la grande Espérance chrétienne, celle qui en Christ, le premier-né d'entre les morts, le Ressuscité, nous a ouvert toutes grandes les portes du Royaume, les portes de la vie ; et notre Mère, notre Reine, la Vierge Marie, première des créatures à bénéficier de la victoire de son Fils, est devenue pour nous le grand témoin de cette grande Espérance, le signe grandiose dont parle le livre de l'apocalypse : "une femme ayant le soleil pour manteau, la lune sous ses pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles". Marie Reine est la parfaite image de l'Eglise à venir ; c'est elle qui nous soutient et nous guide, tandis que nous sommes encore en chemin vers la patrie céleste. Elle n'est pas une reine lointaine ; parce que mère, elle reste toute proche de nous ; elle nous accompagne dans notre pèlerinage de la foi, de l'Espérance et de la charité.

Chers amis, confions-nous donc à l'intercession de celle qui resplendit dans le ciel de la gloire de son Fils ressuscité ; il nous l'a donnée pour mère et, comme telle, elle est une puissante médiatrice de grâces pour que Dieu puisse régner dans nos cœurs, dans le cœur de tous les hommes. Prenons-la pour modèle, afin qu'elle nous enseigne à faire, comme elle, la volonté de Dieu, en revêtant la tenue de service, en devenant d'humbles serviteurs et servants de Dieu. Amen.

 

+ Francis Bestion

Evêque de Tulle