Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Temps de prière des jeunes

Lycée Bahuet 19 octobre- temps de prière « Tous appelés à Sainteté ».
Pour se préparer à la fête de Toussaint, au Lycée Bahuet, une proposition a été faite aux jeunes : vivre une heure de « pause prière ».

Une trentaine de jeunes ont choisi de monter à Saint Antoine.

Frère David les accueille en haut des marches. Il incite les chrétiens à faire mémoire  de leur baptême en se signant avec l’eau bénite.

A l’entrée, une bassine de cuivre, certains se signent, tous passent sous le rideaux d’images de saints et viennent s’installer dans le chœur. La musique au rythme africain bât déjà son plein : « J’ai vu l’eau vive jaillissant du cœur du Christ Alléluia ».

Mais qui sont ces jeunes qui ont accepté l’invitation ? Leurs profils sont aussi divers que variés. Découvrons en quelques un .

Demandons-nous comment ce temps de prière leur a permis de vivre à la fois un temps de communion (des saints!) et  un temps d’intériorité.

Des jeunes aux profils variés 

(les prénoms ont été modifiés pour préserver l’intimité du chemin spirituel des élèves)

 

Pour Juliette et Stella, ces deux étudiantes en BTS la participation à cette heure de pause ne faisait aucun doute, l’une, confirmée, arrive d’une île française lointaine et peine à comprendre le manque de ferveur en métropole ; l’autre, qui avait fait du caté jusqu’en 6ième et entame sa quatrième année à Bahuet avait pris contact depuis plusieurs semaines avec l’animatrice en pastorale et s’était engagée à lire un texte. Elles n’hésitent pas à remettre en place les plus jeunes quand ils ne respectent pas le silence. Elles promettent de revenir la prochaine fois.

Olaf et Jehanne sont arrivés là sans trop savoir pourquoi. Ils relisent leur expérience en disant « c’était la première fois que je rentrais dans une église, enfin la deuxième avec la rencontre avec les frères au début de l’année de seconde, au début c’est déroutant. Mais c’était un bon temps de recueillement, une expérience que je ne regrette pas ».

Tiphaine a eu le courage de se lever seule au milieu de sa classe pour venir prier « pour [elle]-même » dit elle parce qu’en ce moment elle en a besoin.

Alia, d’origine musulmane, a déjà participé l’an dernier à ces temps de prière. Elle aime prier aux côtés d’autres jeunes et n’a pas hésité à s’inscrire.

Damien ne sait pas trop s’il croit en Dieu, il est venu pour prendre un peu de recul par rapport à des disputes avec ses camarades qui l’ont beaucoup affecté. Étonné par ce qu’il a vécu, il raconte qu’il a eu l’impression d’être un héros comme dans un jeu de rôle, un héros qui devait choisir la lumière et le bien contre les forces du mal.

 

Apprendre à entrer dans la prière 

 

1 - Prendre du temps, se fixer, un horaire, une durée.

Là c’était facile ! Nous avions tous rendez vous à 11h devant Saint Antoine.

2 - Trouver une position qui me permette d’être présent(e) à moi-même et d’entrer en relation avec mon créateur.

Là ça se complique ! On se bouscule d’abord pour s’asseoir sur les bancs et les stalles.

Invité à rejoindre le tapis disposé au milieu du chœur, le jeune commence par se serrer au maximum contre ses pairs, il peut même tourner le dos au tabernacle sans trouver cela étrange. Au bout de trois chants méditatifs, et plusieurs invitations, il essaie le petit banc de prière et accepte de prendre ses distances.

3 - Trouver la paix du cœur 

Chanter, se laisser imprégner par les chants à la manière de Taizé, ne plus faire attention à ses voisins...

4 - Écouter la parole de Dieu 

 et entendre Jésus me dire aussi « m’aimes -tu ? »

5 - Fixer mon regard sur Jésus seul 

Frère David ouvre le tabernacle, « le Seigneur Dieu est un Soleil » (Ps 84) qui attire le regard et m’aide à faire silence.

6 – Me laisser guider par des témoins qui nous ont précédés

ce mois ci le calendrier nous proposait Saint Thérèse de Lisieux, nous écoutons ses propres mots.

7- Allumer une bougie au cierge pascal et la transmettre.
8 – Chanter, louer et remercier Dieu.

« La gloire de Dieu c’est l’homme debout » et « chanter c’est prier deux fois ».

Merci aux musiciens qui nous ont bien aidés à faire éclater notre joie au son de la trompette, de la flûte et de la guitare.

 

Mots-clés associés :
Navigation