Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le sacrement de pénitence

Qu'est-ce que le péché ? Comment se déroule le sacrement de pénitence ? Comment faire réparation pour nos péchés ?

Nous pouvons le demander quand, lors d’un examen de conscience, nous considèrons avoir commis des fautes et qu’on les regrette. Ces regrets, que l’on appelle la contrition, sont déterminants chez un chrétien. La contrition entraîne le désir de la confession qui aboutit à la réconciliation avec Dieu.

 

Qu'est-ce que le péché ? 

 

Seigneur, ne retiens pas contre nous les fautes de nos pères, que vienne vite à nous ta tendresse, car nous sommes à bout de force. Seigneur, Dieu notre Sauveur, pour la gloire de ton Nom, délivre-nous, efface nos fautes, à cause de ton Nom. (Psaume 78, 8-9)

Le péché est avant tout un acte volontaire de désobéissance à une règle fixée entre Dieu et nous-même lors de notre baptême. Tout ce qui, dans notre comportement nous éloigne de l’amour de notre prochain ou de nous-même est source du péché. Tout acte qui nous détourne de la Foi, de l’Espérance, de la Charité est péché.

Les 7 péchés capitaux, sont fixés par la tradition 
  • L’ORGUEIL qui est l’attribution à nos seuls mérites de capacités qui sont des dons de Dieu (intelligence, etc.). ;
  • L’AVARICE qui consiste à ne pas vouloir partager ses biens et richesses ;
  • L’ENVIE : la tristesse ressentie face à la possession par autrui d’un bien, et la volonté de se l’approprier par tout moyen et à tout prix ;
  • LA COLÈRE qui est la courte folie entraînant parfois des actes regrettables. ;
  • LA LUXURE qui est la pratique du plaisir sexuel recherché pour lui-même ;
  • LA GOURMANDISE qui est la démesure et l’excès dans notre alimentation ;
  • LA PARESSE qui s’exprime par l’ennui, l’éloignement de la prière, de la pénitence et de la lecture spirituelle.
Le péché mortel

Le péché mortel est un acte grave contre la loi divine ou naturelle, commis en pleine conscience du mal causé et qui donne la mort de l’âme. 

On l'appelle mortel parce qu'il donne la mort à l'âme, il lui fait perdre la grâce sanctifiante et mériter l'enfer.

Seules la confession et la contrition parfaite (grâce à une confession rapide) sauvent l’âme qui aurait été en enfer, damnée pour l’éternité. Le chrétien doit se confesser à un prêtre en disant tous ses péchés mortels non confessés. Cacher un péché mortel non confessé serait sacrilège et rendrait nulle toute confession.

Le péché véniel

Le péché véniel est un acte de désobéissance contre la loi divine ou naturelle en matière légère, qui ne fait pas perdre l’état de grâce.

 

Le sacrement de pénitence

Ce sacrement comporte quatre éléments : l’Aveu, la Contrition, l’Absolution, la Réparation.

La confession de ses fautes

C’est l'aveu des péchés dont on a conscience à un prêtre. On confesse ses fautes et le prêtre ne peut dévoiler ces péchés car il doit garder le secret sacramentel.

La contrition

La contrition est le regret de ses péchés avec la résolution de ne plus les commettre. La contrition est dite imparfaite lorsqu’on regrette ses péchés à cause des peines qu’on risque. Elle est de nature parfaite lorsqu'on regrette ses péchés par amour de Dieu.

L’Église considère que l’accès au sacrement (Eucharistie...) n’est possible, au minimum, que s’il y a contrition imparfaite de tous ses péchés mortels, par le moyen de la confession.

La contrition nécessite d’éviter toutes les occasions prochaines de pécher, c’est-à-dire d’éviter les occasions dans lesquelles il est probable que l’on pèche.

L'absolution

C’est le pardon sacramentel qui est le moyen habituel pour la réconciliation avec Dieu. Les prêtres de par leur ordination reçoivent la faculté de pardonner les péchés au nom du Christ.

La réparation

Elle est effectuée par l’application de la pénitence issue de la confession. Elle est toujours destinée à réparer le mal qui a été fait lorsque c’est possible (par exemple la restitution immédiate d’un bien volé) et elle est toujours proportionnée au dommage causé.

  • on répare le mauvais exemple par le bon exemple,
  • on répare une calomnie en manifestant la vérité,
  • on répare une médisance en disant du bien de la personne ... Si toutefois cela ne peut vraiment pas se faire, la prière aux intentions de la personne blessée est le minimum qu’on doit avoir.
Les pénitences

Les pénitences sont une prière ou une bonne oeuvre que le confesseur impose au pénitent en expiation de ses péchés. C'est ce qu'on appelle la pénitence sacramentelle parce qu'elle fait partie de sacrement de pénitence.