Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Saint Viance

Né en Anjou, Viance (Vincentianus) est connu par la date de sa naissance au ciel en 672.

Orphelin à l’âge de 10 ans, il est adopté par le duc d’Aquitaine Bérauld. Celui-ci confie son éducation au diacre Hérimbert qui le conduit auprès de l’évêque de Cahors, saint Géry (Didier) qui le tonsure et s’occupe de son instruction. Jaloux de la réputation de saint Viance, Barontus, fils de Bérauld, le rappelle à Poitiers et en fait un palefrenier. À la cour du duc il est continuellement humilié en raison de sa douceur et de sa pratique des vertus évangéliques.

Il se retire dans un ermitage près de Poitiers (peut être Ligugé ) où Barontus vient le rechercher. Il s’échappe et trouve refuge, en Limousin, au bord de la Vézère. Il aurait mené en bas Limousin une vie retirée de silence et de prière d’ermite.

Il meurt le 2 janvier 672. Il est inhumé par l’évêque de limoges, Rustique, dans une église rurale en construction qui prend par la suite son nom.

Saint Viance est la figure du saint qui résiste à la jalousie et à la violence politique par la douceur et la sagesse évangélique. C’est cette figure-là que l’évêque de Limoges met en avant en élevant saint Viance sur les autels. Son culte se développera à l’époque carolingienne et témoigne de l’enracinement rural du christianisme.