Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Rencontre avec don Régis

Le 15 octobre dernier, Monseigneur Francis Bestion a installé le nouveau curé de l’ensemble interparoissial de Brive lors d’une messe à la collégiale saint Martin. Dans ses nouvelles fonctions, Don Régis est entouré de deux vicaires, don Nicolas et don Matthieu, et d’un séminariste stagiaire.
 
 
En quoi consiste l’installation d’un curé ? Comment s’est déroulée la célébration ?


Le curé d’une paroisse reçoit sa charge pastorale de l’évêque. Cette installation fait partie intégrante d’une célébration liturgique. Le cœur de cette célébration c’est la profession de foi du curé et le renouvellement de ses promesses d’ordination. Notre évêque nous a fait l’honneur de suivre tous les rites, qui ne sont pas obligatoires, mais extrêmement pédagoqiques. Les personnes m’ont confié avoir enfin compris la signification de la charge curiale ! L’évêque me remet les clés de l’église, il bénit le confessionnal, encense les fonts baptismaux, le Tabernacle, la chaire, la sacristie... on sonne les cloches pour appeler les fidèles... c’est très beau !

Quel accueil avez-vous reçu ?


Nous avons reçu un accueil extrêmement bienveillant et chaleureux. Toutes les personnes que nous rencontrons sont très dévouées.

Quel est votre regard aujourd’hui sur le secteur paroissial de Brive ? 


J’ai trouvé une vraie présence d’Église. Une présence avec ses entraves et ses pauvretés, mais je suis admiratif du travail des prêtres qui nous ont précédés ainsi que des laïcs. On a trouvé de vrais serviteurs de la mission, de l’Évangile, de l’Église. 

Quelles sont les particuliarités de votre communauté ?


Tous les jours nous célébrons notre messe communautaire à Saint Sernin, sur le modèle d’une messe conventuelle en grégorien, nous prions les vêpres et les laudes. Nous ne sommes pas des religieux mais avons un type de vie canoniale. Nous prions ensemble, nous vivons ensemble, et partageons notre mission pastorale au service des paroisses.

Quel rôle tient le séminariste à vos côtés ?


Théophile est stagiaire afin de voir concrètement comment se passe la vie en paroisse au sein de la communauté Saint-Martin. Il est là pour s’éprouver, et pour mûrir sa vocation. Il est très présent auprès des jeunes aux côtés de don Matthieu, et soutient la pastorale liturgique.

Comment avez-vous vécu cet appel à quitter votre diocèse précedent (Blois) pour venir ici ?


 J’avais 28 clochers et 35 000 âmes, sur un territoire très vaste. J’ai eu beaucoup de mal à partir parce que j’étais très heureux en Sologne, j’aimais beaucoup mes paroissiens, nous avions mis beaucoup de choses en place. Mais une fois arrivé ici j’ai été happé par les différentes rencontres et invitations et j’ai finalement vécu ce changement dans la paix.

C'est un projet dont j'ai beaucoup parlé avec mon supérieur. On ne nous impose pas un changement de manière autoritaire.

Comment êtes-vous organisés sur l'ensemblle interparoissial ?

Chacun administre une communauté locals en particulier, mais peut être amené à servir sur toutes les autres. 
Don Nicolas accompagne la catéchèse et dessert la paroisse du Sacré-Cœur des Rosiers. Don Matthieu accompagne la pastorale des jeunes à Brive et dessert la communauté locale de Malemort. Et moi-même, curé de l’ensemble, je dessers les paroisses du centre-ville de Brive ainsi que Turenne, Nespouls, Noailles, Jugeals-Nazareth, Ligueyrac et la communauté locale de Sainte Ferreole.

Le saint parton de votre communauté est le même que celui de notre diocèse. Pourquoi saint Martin ?

L'abbé Jean-François Guérin, fondateur de notre communauté est un prêtre du diocèse de Tours. Il vouait donc une vénération particulière pour saint Martin de Tours, qui fut soldat, moine et évêque. C'est aussi un rappel des communautés de moines apostoliques dont saint Martin fut un des premiers fondateurs - il fonda le premier monastère des Gaules, à Ligugé en Poitou -.  

 

 

Navigation