Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

11 janvier 2015 - Fête du Baptême du Seigneur

Célébration de la Confirmation - Seilhac

Aujourd'hui, avec la fête du baptême du Seigneur, la liturgie prolonge et développe le cycle des manifestations de Jésus, commencé par la célébration de la Nativité et poursuivi par celle de l'Epiphanie que nous avons fêté dimanche dernier. D'une certaine façon, c'est la même réalité qui est développée, à savoir l'irruption de Dieu lui-même dans notre monde, dans l'humanité. A la crèche de Bethléem, un enfant nouveau-né couché dans une mangeoire est donné comme signe aux bergers qui doivent reconnaître en lui le Messie de Dieu ; à l'Epiphanie, une étoile guide des mages venus du lointain Orient, pour que soit ouverte aux païens les portes de la foi. Aujourd'hui, pour le baptême du Christ, les cieux s'ouvrent et une voix se fait entendre : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé".

Frères et sœurs, à travers ces différents évènements, nous sommes appelés à méditer sur un des aspects les plus extraordinaires de notre foi : le Dieu en qui nous croyons, le Dieu unique, le Dieu invisible, inconnaissable pour une part, le Dieu qui est le Tout-Autre, le Dieu que la tradition juive interdit de représenter pour qu'on ne le réduise pas à une idole, voilà que ce Dieu vient vivre l'existence humaine, vient prendre chair de notre chair. Par le passé, comme nous le rapporte l'Ancien Testament, il a envoyé des messagers, des prophètes pour parler aux hommes. Mais, à l'accomplissement des temps, voilà qu'il vient lui-même en nous envoyant son Fils unique. Avoir la foi, poser l'acte de foi chrétienne, c'est reconnaître dans cet enfant de la crèche ou dans cet homme qui descend dans les eaux du Jourdain pour recevoir le baptême de Jean, c'est reconnaître Dieu lui-même qui vient au plus près de nous. On ne peut pas imaginer qu'il se fasse plus proche qu'en partageant le chemin des pécheurs, sans entrer pour autant dans leur péché. Cet homme, qui est vraiment comme nous, cet homme est Dieu. Il est Dieu lui-même venu sur la terre et c'est pourquoi, alors même qu'il est mêlé à la foule des pécheurs qui viennent recevoir un baptême de conversion, les cieux s'ouvrent et la voix du Père se fait entendre : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé".

Notre acte de foi, c'est de reconnaître l'invisible de Dieu dans la personne visible de Jésus de Nazareth. Et cela nous entraîne aussi à avoir un regard différent sur notre manière de vivre. Nous sommes aussi invités à un regard de foi sur les hommes et les femmes que nous rencontrons chaque jour, pour ne pas nous en tenir seulement à ce qui est visible, aux qualités ou aux défauts, aux attraits ou aux répulsions, aux péchés… Le regard de foi apprend à déceler dans le visible la présence d'un invisible.

Aujourd'hui, je vais donner le sacrement de la confirmation à trois jeunes :

. Ce sacrement va parachever ce que le baptême avait déjà commencé en eux ; ils vont recevoir en plénitude l'esprit-saint pour que leur initiation aux mystères du salut soit complète. Chers confirmands, au jour de votre baptême, le prêtre avait appelé sur vous la Parole du Père : "Celui-ci est mon fils bien-aimé". En étant baptisés, vous n'étiez plus seulement des créatures de ce monde, mais vous receviez par l'effet du sacrement qui marquait votre corps, votre esprit et votre âme, vous receviez en vous la marque de Dieu présent, vivant et agissant. Ce n'était pas simplement une sorte de ticket d'entrée dans l'Eglise, mais un changement profond qui touchait toute votre personne, votre liberté, votre volonté, vos capacités d'aimer, de réaliser quelque chose en ce monde. Aujourd'hui, la confirmation va aussi marquer votre être en profondeur grâce à l'Esprit Saint qui va descendre sur vous comme il descendit sur Jésus dans le Jourdain. Avec Jésus, le jour de votre baptême vous êtes sortis de l'eau pour une vie nouvelle qui est une vie habitée par la présence de Dieu. Aujourd'hui, par le sacrement de la confirmation, c'est la force de l'Esprit qui vous est donnée pour une vie de témoin de la présence de Dieu, d'acteur de la présence de Dieu.

Les évangiles nous montrent que le baptême de Jésus est le point de départ de sa mission publique de Christ. De la même manière, notre baptême et notre confirmation sont le point de départ de notre mission en ce monde ; et cette mission consiste à manifester que Dieu vient avec puissance, qu'il conduit son troupeau comme un berger, que son bras rassemble ses agneaux, qu'il les porte sur son cœur. Par le baptême, Dieu nous a fait renaître et ainsi nous possédons l'Espérance de la vie éternelle. Et c'est de cette Espérance que nous devons être témoins au milieu du monde ; l'Esprit reçu à la confirmation nous en donne la capacité, le courage, la force.

Frères et sœurs, la fête du baptême du Seigneur nous rappelle qu'en Jésus nous sommes les fils et les filles bien-aimés du Père. Pour nous aussi le ciel s'est ouvert. Puisse notre vie de disciples dans notre monde tourmenté être toujours un témoignage de la fraternité de Jésus pour tous les hommes, de la paix du Christ avec tous et pour tous. Amen.

 

+ Francis Bestion

Evêque de Tulle

Navigation