Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Histoire de la communauté

Le projet est né autour de l'intuition de Stéphanie Barras. Ses lectures et plusieurs séjours à l'abbaye de Sept-Fons l'ont conduite à la conviction que la vie monastique, telle qu'elle ets vécue par les frères de cette communauté pourrait être vécue également par des jeunes femmes appelées à la vie contemplative. Ses premiers contacts avec Sept-Fons, en 2004, se sont peu à peu transformés en un lien profond et durable. Assez vite se sont jointes à elles des compagnes qui partageaient la même intuition, qui n'a fait que croître et s'approfondir après la visite de plusieurs communautés monastiques.

De septembre 2006 à juin 2011, les jeunes femmes ont vécu ensemble à Paris, chez les religieuses polonaises de la Saint Famille de Nazareth. Poursuivant des études afin de donner une assise solide à leur projet (philosophie, théologie, français pour les étrangères), elles ont mené ensemble un début de vie monastique structuré autour de l'office divin la messe quotidienne, la vie commune.

Durant ces cinq années, le lien à Sept-Fons n'a cessé de s'étoffer, avec le début d'une véritable transmission de la pratique de la vie monastique, accroissant ainsi la cohésion du groupe autour des mêmes valeurs.

Le 12 décembre 2010, sur le conseil du Père abbé de Sept-Fons, elles se sont adressées à l'évêque de Moulins, Mgr Roland, qui a pris ce projet à coeur et leur a proposé de s'installer dans son ancien évêché, au 45 rue de Paris, à Moulins.

L'installation du groupe sous le nom de Communauté des Bernardines, constitué alors de huit jeunes femmes, eut lieu le 30 septembre 2011.

A partir de ce moment, elles mènent une vie régulière, avec l'aide spirituelle et matérielle de l'abbaye de Sept-Fons. L'accent est mis sur la formation et la transmission de la vie monastique par des enseignements à la fois communautaires et personnels. Un enseignement régulier est assuré par les frères de Sept-Fons (vie monastique, liturgie, chant...) et par les professeurs venant de l'extérieur, enseignant différentes matières (philosophie, théologie, Ecriture sainte, histoire de l'Eglise, droit canon...).

Peu à peu la communauté s'agrandit et se structure. Depuis le début du projet, il était clair que, à terme elle demanderait un jour son intégration à l'Ordre cistercien de la stricte observance (OCSO). Il était convenu avec Mgr Roland que la première année soit vécue à titre d'essai avant que la communauté soit érigée en Association publique de fidèles, première étape dans le processus.

En juin 2012, Mgr Roland étant appelé au diocèse de Belley-Ars, Mgr Percerou fut nommé évêque de Moulins. Peu après son ordination en avril 2013, il prit contact avec la communauté. En octobre 2014, après avoir pris contact avec l'Abbé général de l'Ordre cistercien de la stricte observance et en dialogue régulier avec le Père abbé de l'abbaye de Spet-Fons, il demande à la communauté d'exprimer par écrit ses motivations.

En juin 2015, à la demande de Mgr Percerou, la communauté reçoit la visite de l'abbesse de Laval. Ce premier contact étant positif, il est convenu qu'elle visiterait régulièrement la communauté et mettrait son expérience à son service.

Aujourd'hui la communauté des Bernardines a reçu la reconnaissance légale et a été érigée en Association publique de fidèles.

 

Depuis le 8 janvier 2018 elles sont installées dans le prieuré du Jassonneix, à Meymac, où il y avait une communauté cistercienne de 4 sœurs, devenues trop âgées. La fraternité restera à Moulins encore une bonne année, le temps de faire quelques travaux. Mais elles feront régulièrement le déplacement pour que la vie monastique ne s’interrompe pas à Meymac et pour que le domaine continue à être géré.